Les casseroles de Bouillon

Coup de tonnerre à Lyon ! Gérard Collomb déplace Henri-Michel Comet, Préfet du RhÎne et nomme, pour lui succéder, Stéphane Bouillon.

Qui va donc remplacer celui auquel l’on reproche de « graves dysfonctionnements » internes ? Un SuperPrĂ©fetMonsieurPropre ?

RĂ©sultat de recherche d'images pour "monsieur propre"

StĂ©phane Bouillon… son nom vous dit probablement quelque chose. C’est lui qui, en AoĂ»t dernier, avait « prĂȘtĂ© » sa rĂ©sidence au couple Macron.

Pendant deux ans (2006-2008), il fut prĂ©fet de la Loire. Jusque lĂ , tout va bien. C’est aprĂšs que ça se corse 🙂 🙂 Car le 28 Juillet 2008, StĂ©phane Bouillon est nommĂ© prĂ©fet de la Corse du Sud. Il le restera pendant trois ans. Et de lui, les Corses s’en souviennent trĂšs bien…

Car le 3 mars 2011, la veille de son dĂ©part pour Paris, StĂ©phane Bouillon accorde plusieurs permis de construire Ă  Julien Peretti. Plus exactement, quatre autorisations  de « rĂ©habiliter des ruines » sur la commune de Coti Chjavari, lieu-dit Saparella, sous Acqua-Doria, en espace remarquable… alors que « sa » DDTM (Direction dĂ©partementale des territoires et de la Mer) avait Ă©mis quatre avis dĂ©favorables
 En rĂ©alitĂ©, Julien Peretti construira sept superbes villas et un restaurant en bord de mer. Le PrĂ©fet Strzoda, nouvellement nommĂ©, refusant de retirer les permis illĂ©gaux, les associations U Levante et GARDE saisissent la justice. Et, deux ans plus tard, les 3 permis de construire de Saparella sont dĂ©clarĂ©s illĂ©gaux par le TA (Tribunal administratif).  Jugement que confirme la Cour administrative d’appel le 26 juin 2015. Le restaurant en bord de mer ? Le 10 novembre 2015, la Cour de Cassation en confirme l’illĂ©galitĂ©. Mais aucune juridiction n’ordonne la destruction des bĂątiments. De toute façon, c’est trop tard : le site de Saparella a Ă©tĂ© saccagĂ©.

Le PrĂ©fet Bouillon, lui, est devenu le directeur de cabinet de Claude GuĂ©ant, alors ministre de l’intĂ©rieur, de l’outre-mer, des collectivitĂ©s territoriales et de l’immigration. En Avril 2012, peu aprĂšs l’affaire Merah, il valide un communiquĂ© annonçant l’expulsion en «urgence absolue» de cinq Ă©trangers, islamistes extrĂ©mistes prĂ©sumĂ©s. Parmi eux, Ali Belhadad, que la PrĂ©fecture prĂ©sente comme un terroriste pour avoir «étĂ© condamnĂ© pour son rĂŽle dans les attentats de Marrakech de 1994», qui avaient causĂ© la mort de deux touristes espagnols. Mais il y a un problĂšme : le communiquĂ© avait Ă©tĂ© rĂ©digĂ© non pas sur la base de l’arrĂȘtĂ© d’expulsion mais sur celle d’une note des renseignements gĂ©nĂ©raux de la prĂ©fecture de police de Paris (RGPP). Or, cette note se trompait : ce n’Ă©tait pas Ali Belhadad qui avait Ă©tĂ© condamnĂ© en 1994, mais quelqu’un d’autre…

Pour avoir validĂ© le contenu du communiquĂ© de presse sans avoir pris prĂ©alablement connaissance du texte de l’arrĂȘtĂ©, StĂ©phane Bouillon fut condamnĂ© par le Tribunal Correctionnel de Paris Ă  800 € d’amende avec sursis outre 7000 € de dommages et intĂ©rĂȘts Ă  Ali Belhadad.

Alors, bonne chance Ă  M. Comet(te) qui ne sera restĂ© que sept mois Ă  Lyon ! EspĂ©rons que son successeur fera mieux. En tout cas, qu’il Ă©pargnera des vies. Mais comme disait l’ami Raynaud : « Dis, tonton, pourquoi tu tousses ? »

2 réflexions sur “Les casseroles de Bouillon

  1. Puis-je vous faire remarquer que les nationalistes corses se battent depuis des dĂ©cennies contre ce genre d’agissements. En Corse les prĂ©gets sont plus des gouverneurs que des fonctionnaires. On ne compte plus les prĂ©fets qui, Ă  l’issue de leur sĂ©jour, sont propriĂ©taires ou locataires « pour pas cher » de rĂ©sidences secondaires en Corse.

    J'aime

Merci de votre visite !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google+. DĂ©connexion / Changer )

Connexion Ă  %s