Les casseroles de Bouillon

Coup de tonnerre à Lyon ! Gérard Collomb déplace Henri-Michel Comet, Préfet du Rhône et nomme, pour lui succéder, Stéphane Bouillon.

Qui va donc remplacer celui auquel l’on reproche de « graves dysfonctionnements » internes ? Un SuperPréfetMonsieurPropre ?

Résultat de recherche d'images pour "monsieur propre"

Stéphane Bouillon… son nom vous dit probablement quelque chose. C’est lui qui, en Août dernier, avait « prêté » sa résidence au couple Macron.

Pendant deux ans (2006-2008), il fut préfet de la Loire. Jusque là, tout va bien. C’est après que ça se corse 🙂 🙂 Car le 28 Juillet 2008, Stéphane Bouillon est nommé préfet de la Corse du Sud. Il le restera pendant trois ans. Et de lui, les Corses s’en souviennent très bien…

Car le 3 mars 2011, la veille de son départ pour Paris, Stéphane Bouillon accorde plusieurs permis de construire à Julien Peretti. Plus exactement, quatre autorisations  de « réhabiliter des ruines » sur la commune de Coti Chjavari, lieu-dit Saparella, sous Acqua-Doria, en espace remarquable… alors que « sa » DDTM (Direction départementale des territoires et de la Mer) avait émis quatre avis défavorables… En réalité, Julien Peretti construira sept superbes villas et un restaurant en bord de mer. Le Préfet Strzoda, nouvellement nommé, refusant de retirer les permis illégaux, les associations U Levante et GARDE saisissent la justice. Et, deux ans plus tard, les 3 permis de construire de Saparella sont déclarés illégaux par le TA (Tribunal administratif).  Jugement que confirme la Cour administrative d’appel le 26 juin 2015. Le restaurant en bord de mer ? Le 10 novembre 2015, la Cour de Cassation en confirme l’illégalité. Mais aucune juridiction n’ordonne la destruction des bâtiments. De toute façon, c’est trop tard : le site de Saparella a été saccagé.

Le Préfet Bouillon, lui, est devenu le directeur de cabinet de Claude Guéant, alors ministre de l’intérieur, de l’outre-mer, des collectivités territoriales et de l’immigration. En Avril 2012, peu après l’affaire Merah, il valide un communiqué annonçant l’expulsion en «urgence absolue» de cinq étrangers, islamistes extrémistes présumés. Parmi eux, Ali Belhadad, que la Préfecture présente comme un terroriste pour avoir «été condamné pour son rôle dans les attentats de Marrakech de 1994», qui avaient causé la mort de deux touristes espagnols. Mais il y a un problème : le communiqué avait été rédigé non pas sur la base de l’arrêté d’expulsion mais sur celle d’une note des renseignements généraux de la préfecture de police de Paris (RGPP). Or, cette note se trompait : ce n’était pas Ali Belhadad qui avait été condamné en 1994, mais quelqu’un d’autre…

Pour avoir validé le contenu du communiqué de presse sans avoir pris préalablement connaissance du texte de l’arrêté, Stéphane Bouillon fut condamné par le Tribunal Correctionnel de Paris à 800 € d’amende avec sursis outre 7000 € de dommages et intérêts à Ali Belhadad.

Alors, bonne chance à M. Comet(te) qui ne sera resté que sept mois à Lyon ! Espérons que son successeur fera mieux. En tout cas, qu’il épargnera des vies. Mais comme disait l’ami Raynaud : « Dis, tonton, pourquoi tu tousses ? »

Sénatoriales dans la Loire

J’ai jeté un oeil aux résultats (équilibrés) des élections sénatoriales dans la Loire : deux sénateurs de gauche , deux de droite… ou l’éternelle bipolarisation de la politique en France.

La gauche s’en sort bien avec l’élection d’un maire socialiste dans le Roannais. Une liste de trop à droite et l’interférence des centristes (Alain Berthéas, membre de l’UDI, avait choisi les couleurs d’En Marche) ont privé Les Républicains d’un 3ème sénateur dans le département. Maigre consolation : le parti d’Emmanuel Macron n’a pas réussi son pari.  🙂

Voilà tout ce petit monde élu pour 7 ans ! Une retraite dorée pour Bernard Bonne (69 ans) et M. Fournier (71 ans) qui plombent encore un peu plus la pyramide des âges du Sénat. J’espère qu’en 2024, je vous parlerai de nouveaux talents ! 😉

Les (beaux ?) projets écolo


Une tour en bois de dix étages sera bientôt construite derrière la gare stéphanoise de Châteaucreux. La nouvelle, annoncée cette semaine par Le Progrès n’a pas manqué de susciter l’ironie de ses lecteurs qui espèrent que « pour une fois, les voitures arrêteront peut-être de brûler ». 😉


Des immeubles en bois dans les centre-villes ? J’avoue ne jamais en avoir croisés. Je me souviens toutefois de cette tour étonnante, aperçue à Milan. Pardon pour la photo, qui n’est pas d’excellente qualité (la chaleur !).

AOUT 2016 008

Il s’agit de Bosco Verticale (forêt verticale), une réalisation immobilière de l’architecte Stefano Boeri dont le projet est d’abriter sur les balcons de chaque façade quelques 900 arbres et arbustes, insectes et oiseaux. Sur la photo, vous apercevez les énormes grues qui les hissent jusqu’à leur terrasse de destination !

J’avoue avoir été très impressionnée. Et trouvé ce projet un peu fou. De loin, la tour était plutôt laide. Quant à « profiter de l’oxygène, de l’ombre et de l’assainissement de l’air assurés par l’épais rideau végétal » par ses locataires, je n’y ai pas vraiment cru. Car ce jour-là, la température avoisinait 40 degrés, seule une bonne clim pouvait les rafraîchir.

A St Etienne, voici à quoi ressemblera la tour en bois  :

Photo Cabinet Tectoniques architectes et ingénieurs

Photo Le Progrès

Vous trouvez ça joli, vous ? pourquoi faut-il toujours qu’écolo rime avec pas beau ? :/

« La haine renfermée est plus dangereuse que la haine ouverte » Diderot


7ème arrondissement de la ville de Lyon. La stèle, érigée en mémoire aux enfants déportés d’Izieu a été « profanée » cette nuit .


La vraie, pas celle que vous montre l’AFP !

En réalité, la stèle en marbre qui énumère les noms de toutes les victimes d’Izieu, érigée derrière le Centre d’histoire de la Résistance et de la déportation a été brisée puis descellée. L’on en déduit que les auteurs du méfait, pugnaces et outillés (il fallait être a minima muni d’un burin) ont agi sans être inquiétés (la nuit ?) pendant de longues, très longues minutes.

le résultat…

Les « déséquilibrés », les soulards et autres petits délinquants oisifs de l’été sont donc à écarter. Tout comme les collectionneurs car la stèle ne pouvait être descellée sans être détruite.

Volonté d’oubli . De destruction, d’anéantissement, d’annihilation. 

Alors, ces deux questions :

qui ?

et combien sont-ils en France ?

L’on pourrait ajouter celle-ci : pourquoi nos politiques regardent-ils ailleurs ?