Comme c’est bizarre !

Si vous suivez l’actualité, je vous recommande (l’excellent) blog de Caro . Vous pourrez notamment y lire que :

La Russie et son agence de météorologie Rosguidromet ont reconnu ce lundi avoir repéré sur leur territoire une concentration extrêmement élevée de ruthénium 106 probablement à l’origine de la pollution nucléaire qui a contaminé à des degrés divers quatorze pays d’Europe, dont la France.

Dans le cadre de sa mission de surveillance de la radioactivité sur l’ensemble du territoire, l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a révélé  jeudi 9 novembre avoir mesuré la présence de ce produit de fission issu de l’industrie nucléaire  dans le sud-est de la France, entre fin septembre et début octobre 2017.

Ils ont moqué et critiqué Donald Trump sur ses prises de paroles peu écolo en marge de la Cop 23. Mais de cet « incident » dramatique pour notre santé et, plus globalement, inquiétant quant à la fiabilité des installations russes nucléaires, nos dirigeants n’en ont pipé mot.

Bizarre… vous avez dit bizarre ?

Chinoiseries

chineIl existe « le rêve américain ». Xi Jinping, lui, a promis «le rêve chinois» à son peuple qui doit renouer avec l’esprit « héroïque » de la période révolutionnaire. Car le président chinois entend bien faire de son pays une superpuissance «moderne» que le monde entier respectera d’ici 2050.

Mais avant de songer au monde entier, il faut commencer par soi-même. Aussi Pékin vient-il d’annoncer l’adoption d’une loi punissant de 15 jours de prison ceux qui détourneront son hymne national. Et, en «cas de graves manquements de respect» (paroles ou musique délibérément déformées, insultes proférées à l’encontre de l’hymne), les contrevenants pourront être privés de leurs droits politiques et condamnés à trois années de prison.

Espagne : où est l’Europe ?

Résultat de recherche d'images pour "tribunal audiencia nacional madrid"

Ce lundi 30 Octobre, le procureur général de l’Etat espagnol a saisi le tribunal de l’Audiencia Nacional de Madrid et requis des poursuites contre les membres du gouvernement catalan destitués, qu’il accuse d’avoir « provoqué la crise institutionnelle ayant mené à une déclaration d’indépendance. » Sa plainte vise également des faits de « sédition, malversation et prévarication ». Il appartiendra au tribunal de Madrid de juger si elle est recevable.

L’Obs croit savoir que Carles Puigdemont tenterait, depuis Bruxelles où il séjournerait, de convaincre les leaders européens de s’impliquer dans la cause catalane .

Tousse pour un !

Mercredi 4 octobre… une journée dont Theresa May se souviendra longtemps. La première ministre britannique prononçait un discours très attendu au congrès des Conservateurs, censé signer son retour après le fiasco du Brexit et surtout, celui des élections législatives. Mais ce fut un véritable calvaire pour Theresa May qui, prise de quintes de toux eut beaucoup de difficulté à s’exprimer et surtout, à se faire entendre par ceux qui exigeaient son renvoi.

Au cours de son intervention, un humoriste anglais lui tendit une attestation de rupture de contrat de travail, qu’elle glissa sous la tribune. Puis, quelques minutes plus tard, l’une des lettres du slogan « Building a country that makes for eveyone » tombait du panneau… un sketch digne des Monthy Python.

The Telegraph a fait d’elle l’égérie des pastilles Strepsil  🙂