Tousse pour un !

Mercredi 4 octobre… une journée dont Theresa May se souviendra longtemps. La première ministre britannique prononçait un discours très attendu au congrès des Conservateurs, censé signer son retour après le fiasco du Brexit et surtout, celui des élections législatives. Mais ce fut un véritable calvaire pour Theresa May qui, prise de quintes de toux eut beaucoup de difficulté à s’exprimer et surtout, à se faire entendre par ceux qui exigeaient son renvoi.

Au cours de son intervention, un humoriste anglais lui tendit une attestation de rupture de contrat de travail, qu’elle glissa sous la tribune. Puis, quelques minutes plus tard, l’une des lettres du slogan « Building a country that makes for eveyone » tombait du panneau… un sketch digne des Monthy Python.

The Telegraph a fait d’elle l’égérie des pastilles Strepsil  🙂

 

Les soubresauts catalans 🇪🇸

Dans un couple, on ne peut contraindre l’un à aimer l’autre. On divorce. Mais dans un pays, peut-on forcer des peuples à cohabiter ensemble ? 

La question se pose en Espagne où les tensions vont crescendo entre la Catalogne (7,5 millions d’habitants) dirigée depuis 2015 par des indépendantistes et le gouvernement de M. Rajoy.

Le 1er octobre prochain, neuf cent quarante-huit villes catalanes devront, ainsi que le prévoit une loi régionale catalane organiser un référendum d’auto-détermination. Le gouvernement espagnol, considérant que ces dispositions sont illégales vient de saisir le Conseil constitutionnel pour obtenir leur invalidation. Et, en l’attente d’une décision -qu’il espère lui être favorable – le gouvernement de M. Rajoy pèse de tout son poids sur les administrations locales :  » il n’y aura pas de référendum d’auto détermination! » a t’ il martelé dans les médias. La réponse des Catalans a fusé  :

Les autorités catalanes ont créé une autorité électorale et lancé un site Internet consacré au référendum, ainsi qu’un spot publicitaire incitant à voter. Le spot diffusé par le gouvernement régional appelle au vote le 1eroctobre. La caméra avance lentement sur une voie ferrée qui se sépare en deux, avec le message : « Tu es né avec la capacité de décider, vas-tu y renoncer ? ».

Combien de temps Madrid peut-elle encore tenir ? En mars dernier, Artur Mas qui avait présidé la Catalogne entre 2010 et 2016 avait été condamné à 2 années d’interdiction de fonctions publiques pour avoir, en 2014, organisé une consultation sur l’indépendance de la région, consultation interdite par le Tribunal constitutionnel mais à laquelle 2 des 6 millions d’électeurs avaient participé. Près de 80% des votants avaient alors choisi de se séparer de l’Espagne…

Dans un siècle, quel sera le visage de l’Europe ? 🇪🇺