#BalanceTonPorc

Ce hashtag, les femmes le doivent sur Twitter à l’affaire Weinstein, ce producteur de cinéma américain dont on ne compte plus les victimes. #BalanceTonPorc a libéré la parole des femmes. C’est un peu comme si l’on avait soulevé le couvercle d’une horrible marmite.

La confession, c’est l’aveu du coupable. Et moi, je ne suis coupable de rien.

Ce soir, avant de fermer mon PC, j’ai eu envie de vous parler de ce magnifique billet d’Ariane Forina sur l’agression dont elle fut victime il y a quelques années à l’opéra Bastille. Son agresseur ? Pierre Joxe. Ariane Forina avait alors 20 ans. Elle n’est autre que la fille d’Eric Besson.

Résultat de recherche d'images pour "balance ton porc"

Un vieux monsieur à l’air éminemment respectable s’assoit donc à ma droite. Son épouse est à sa droite à lui. J’insiste. Son épouse est là. La représentation commence. Et au bout de dix minutes, le vieux monsieur a sa main sur ma cuisse. Je me dis qu’il doit être très âgé, perturbé. Je le repousse gentiment. Il recommence. Rebelote. Une troisième fois. Il commence à remonter ma jupe. Il glisse sa main à l’intérieur de ma cuisse, remonte vers mon entrejambe. J’enlève sa main plus fermement et je pousse un cri d’indignation étouffé, bouche fermée. Tout le monde me regarde. Il arrête. Dix minutes plus tard, il recommence. Je lui plante mes ongles dans la main. C’est un combat silencieux, grotesque, en plein opéra Bastille. Wagner sur scène, le vieux pervers contre la gamine en pantomime dans la salle.

Ariane Forina a raison : les hommes éprouvent un sentiment d’impunité inouï, surtout s’ils sont puissants. Les femmes, elles, se sentent toujours sales et coupables.

Pourrons-nous changer cela ? Je ne crois pas. Notre société est faite par et pour les hommes. Un phallus vous ouvre des portes. Une paire de seins les ferme. Et l’islam n’arrange rien.

Alors, je pense à toutes ces femmes qui depuis quelques jours, ont le courage d’en parler. Surtout, à celles qui sont allées jusqu’à porter plainte. Souvent, pour peu de résultats car dans notre système judiciaire , il faut prouver ce que l’on allègue. Je salue leur détermination tout en respectant celles qui ont préféré « tourner la page ».

Merci, Ariane Forina. Et je n’oublie pas que parmi ceux qui se battent pour que cela change, il y a … des hommes. 😉