L’article 353 du Code Pénal – Tanguy Viel

20171112_104343.jpg

Martial Kermeur, père de famille sans histoire, a tué Antoine Lazenec. Pourquoi ? Avait-il prémédité son geste ? « Nul n’est censé ignorer la loi, a dit le juge » . Dans son bureau, les deux hommes s’observent. L’un raconte ; l’autre écoute. Quelle sera votre intime conviction ?

 

Article 353
  • Modifié par LOI n°2011-939 du 10 août 2011 – art. 12

Avant que la cour d’assises se retire, le président donne lecture de l’instruction suivante, qui est, en outre, affichée en gros caractères, dans le lieu le plus apparent de la chambre des délibérations :

 » Sous réserve de l’exigence de motivation de la décision, la loi ne demande pas compte à chacun des juges et jurés composant la cour d’assises des moyens par lesquels ils se sont convaincus, elle ne leur prescrit pas de règles desquelles ils doivent faire particulièrement dépendre la plénitude et la suffisance d’une preuve ; elle leur prescrit de s’interroger eux-mêmes dans le silence et le recueillement et de chercher, dans la sincérité de leur conscience, quelle impression ont faite, sur leur raison, les preuves rapportées contre l’accusé, et les moyens de sa défense. La loi ne leur fait que cette seule question, qui renferme toute la mesure de leurs devoirs :  » Avez-vous une intime conviction ? « . « 

CATEGORIE : roman.

GRAND PRIX RTL Lire

L’AUTEUR : Née en 1973, Tanguy Viel vit à Orléans. Pensionnaire de la Villa Médicis enRésultat de recherche d'images pour "tanguy viel" 2003 et 2004, il fut publié dès son premier ouvrage par les éditions de Minuit.

BIOGRAPHIE :  Prix Fénéon et le prix littéraire de la vocation pour le roman L’Absolue Perfection du crime (2001).

L’HISTOIRE : Pour avoir jeté à la mer le promoteur immobilier Antoine Lazenec, Martial Kermeur vient d’être arrêté par la police. Au juge devant lequel il a été déféré, il retrace le cours des évènements qui l’ont mené là : son divorce, la garde de son fils Erwan, son licenciement et puis surtout, les miroitants projets de Lazenec.

NOTE : 🌟🌟🌟

Les livres vagabondent…

« Prenez-moi et lisez-moi ! Ensuite, vous m’abandonnerez quelque part pour qu’un autre me lise ».


Vous le ferez… ou pas. C’est vous qui décidez. Et c’est gratuit. 🙂 J’ai découvert les Livres Vagabonds à Gordes. Le Pôle Culturel les avait déposés sur les bancs du Château, à l’extérieur de l’Office de Tourisme. Et j’ai trouvé l’idée vraiment géniale ! Plusieurs avaient été « empruntés ». Personne ne me fliquait… quelle impression bizarre ! Je me sentais pourtant coupable, à tendre la main pour en lire les quatrièmes pages de couverture. Si l’un d’entre eux m’avait plu, l’aurais-je pris ? … Et vous ? Résultat de recherche d'images pour "smiley songeur facebook"

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Dérapages – Danièle Thiéry

Les livres que j’ai réservés à la bibliothèque de Sury ne sont pas arrivés. Le premier devrait l’être la semaine prochaine. 😛 En attendant, je me suis plongée dans « Dérapages » de Danièle Thiéry. En l’achetant à la librairie du coin, quelque chose me disait que je faisais le bon choix. Je ne me trompais pas. Car l’histoire, passionnante et l’écriture belle et fluide de l’auteure m’ont ravie. Vous ne verrez pas le temps passer aux côtés du commissaire Marion et de ses hommes !

CATEGORIE : roman, polar

L’AUTEUR : Née en 1947, Danielle Thiéry fut l’une des premières femmes de l’histoire de la police française à accéder au grade de Commissaire Divisionnaire. Aujourd’hui écrivain, elle reçut le Prix Bourgogne en 1997 pour La petite fille de Marie Gare, le Prix Polar 1998 et Prix Charles Exbrayat 1998 pour Mises à mort et en 2013, le Prix du Quai des Orfèvres pour Des clous dans le cœur.

BIOGRAPHIE :  Dérapages , écrit en 2015 fut publié en 2016.

L’HISTOIRE : un corps d’enfant est découvert sur une plage du Nord de la France. Un cas troublant qui laisse perplexes les médecins légistes. Même le commissaire Edwige Marion, de la PJ parisienne, n’a jamais rien vu de tel…

NOTE : 🌟🌟🌟🌟🌟